• Le malaise
Le malaise

Le malaise

Le malaise qui prête son titre au livre résume le sentiment du narrateur au contact de ses semblables. Portrait d'humeur de la Chine d'aujourd'hui, satire pure, exercice de défoulement, où chacun en prend pour son grade. Le jeune héros, Yitong, juste diplômé d'anglais de l'université la plus prestigieuse de Chine, - Beida, l'université de Pékin - commence pour son premier emploi à travailler dans un ministère où tasses de thé, lecture de journaux et petites vacheries des collègues dominent cet univers. Dans cette typique danwei chinoise, les interprètes d'anglais ne connaissent pas la langue de Shakespeare et ne supportent pas que l'un de leurs collègues, surtout plus jeune, soit plus compétent qu'eux. Dès lors, Yitong a l'impression de mener une existence sans soleil qui pour lui est le support de la vie, et il découvre l'hypocrisie qui, en fin de compte, régit la société. Avec la sagacité d'un moraliste et la distance que lui confère sa connaissance de l'étranger, Laoniu épingle les travers de ses compatriotes. Né en 1966 à Pékin, Laoniu est le pseudonyme d'un jeune écrivain diplômé du département de littérature française de l'Université de Pékin en 1989. Pentium III son second roman est paru en Chine en poche, 2002. Extrait du livre : Quand ils furent tous assis, je crus comprendre ce qui distinguait le chef de département et le chef adjoint de département, d'un côté, du chef de section et de son adjoint, de l'autre. Les uns disaient : «Dans peu de temps», les autres : «Dans peu d'temps», en élidant le «e». Les premiers m'avaient tapé sur l'épaule en me parlant, ce que n'avaient pas fait les seconds. Mais à quoi rimait cette différence ? «Dans peu d'temps, pensai-je, j'y verrai plus clair.» Sur ce, je regagnai mon bureau. Je m'étais juré intérieurement que si la chaise était aussi sale que la table, je ne me gênerais pas pour prendre un chiffon. Or, arrivé devant le siège, je m'aperçus qu'il n'y avait pas un grain de poussière. Au contraire, la peinture était écaillée d'avoir été astiquée trop souvent. Rassuré, je m'assis lourdement dessus. À peine mon postérieur était-il entré en contact avec la chaise qu'un grincement sinistre et aigu se fit entendre qui me donna la chair de poule. Je n'osais plus bouger, le derrière comme collé à mon siège. Quand le bruit eut cessé, j'attendis encore un bon moment avant de me risquer à faire pivoter mon cou pour regarder autour de moi. Je m'aperçus que les visages indiscernables du chef de département / du chef adjoint de département / du chef de section / du chef adjoint de section avaient disparu, remplacés par l^e Quotidien du peuple, La Quotidien de Pékin, La Quotidien de l'économie et Les Nouvelles de référence. À côté des quatre journaux trônaient quatre tasses thermos identiques, de la marque Force retrouvée, d'où s'échappaient de la vapeur et des effluves de thé. Voir la suite

  • 284931028X

  • Bleu De Chine