• Changements en éducation
Changements en éducation

Changements en éducation

Cet ouvrage souligne et analyse les changements qui s’opèrent au sein des systèmes éducatifs occidentaux, en assumant la remise en cause de l’immobilisme dont ils sont accusés, comme l’atteste la caricature française du « mammouth irréformable ». En effet, les systèmes éducatifs se transforment et s’adaptent aux évolutions sociales et économiques caractéristiques de la postmodernité. Cependant, ces transformations ne vont pas sans poser des questions et induire des tensions multiples que cet ouvrage explore selon deux niveaux. Au niveau des intentions politiques, les discours et les textes officiels promeuvent d’avantage d’autonomie pour les établissements, de l’école à l’université et incitent à la prise d’initiatives. Or il apparaît que, par le biais d’une inflation d’évaluations en tout genre, ces orientations se traduisent in fine, très concrètement, par des modalités de normalisation et de contrôle particulièrement coercitives. Au niveau du travail enseignant, même si la structure historique de la classe reste dominante pour l’accueillir, se repèrent une large diversification des dispositifs scolaires qui ont pour corollaire l’émergence de nouvelles formes de travail enseignant. Ces formes de travail sont induites à la fois par les collectifs d’enseignants, le développement de partenariat et l’irruption de personnels non scolaires dans les établissements, les nouvelles technologies ou encore l’individualisation de parcours des élèves/des étudiants. Face à ces changements, parfois souhaités, parfois subis, les enseignants, sur le terrain, mettent en œuvre des stratégies professionnelles pour s’adapter de manière continue aux défis auxquels ils ont à faire face au quotidien. Ils interprètent les prescriptions et élaborent ou inventent des réponses dans leur activité ordinaire, dans des contextes d’exercice où ils doivent composer pour remplir leurs missions. En résumé cet ouvrage décrypte les politiques éducatives en mettant au jour, de manière précise et empiriquement documentées, l’importance du hiatus entre le discours politique sur le changement, sa traduction dans les réformes et dans les dispositifs mis en place et la réalité du travail enseignant au quotidien auquel il incombe, in fine, de prendre en charge ces contradictions et ces incohérences. Jean-François MARCEL est Professeur de Sciences de l’éducation à l’Université Toulouse Jean-Jaurès. Il est responsable de l’offre Master du département des Sciences de l’éducation et de la formation. Thierry PIOT est Professeur des Universités en Sciences de l’éducation à l’Université de Caen Normandie. Il dirige le Centre interdisciplinaire de recherche normand en éducation et formation. Voir la suite

  • 2366300743

  • Octares

  • Travail En Debat

  • Travail En Debat